Ce colloque s'inscrit dans la thématique « Environnement côtier et estuarien » de l'OSUNA ainsi que dans son projet 2017-2021 GZIE (Grande Zone d'Influence Estuarienne). Son objectif est de présenter les cartes de microphytobenthos obtenues au cours de l'été 2016 par télédétection hyperspectrales et cofinancées par l'OSUNA et la Mission pour l'Interdisciplinarité du CNRS. Les discussions porteront sur l'appropriation de ces cartes par les différents partenaires afin de répondre à leurs propres problématiques, dont trois ont déjà été retenues :
  • Boucle de rétroaction consommateurs primaires
Le microphytobenthos (MPB) est une source importante des consommateurs primaires comme les huîtres (Crassostrea gigas) qu'elles soient en culture ou sauvages et la question se pose pour les hermelles (Sabellaria alveolata) formant des récifs. Mais l'hypothèse d'un effet rétroactif n'a pas encore été démontrée totalement. En effet, les structures physiques (i.e., parcs ostréicoles, récifs d'huîtres sauvages ou d'hermelles) piègent les particules fines, mais également les fèces et pseudofèces produites par ces espèces. La télédétection à haute résolution (spectrale et spatiale) permet d'appréhender la structuration de ce MPB mais aussi la diversité biologique associée (diatomées, euglènes, chlorophycées, cyanobactéries...) révélatrice de toute perturbation de l'écosystème.
  • Biogéochimie des vasières intertidales littorales et estuariennes
Le fonctionnement biogéochimique d'une vasière intertidale est complexe et encore peu connu. Des suspensions concentrées (bouchon vaseux et panache estuarien) redistribuent les particules en suspension au gré des forçages physiques qui agissent comme un réacteur biogéochimique important. Les minéraux sensibles aux conditions redox peuvent ainsi altérer l'équilibre des vasières qui abritent du MPB. La dynamique sédimentaire est donc influencée par le biota et inversement celui-ci peut avoir un effet stabilisant.

  • Rôle du MPB au sein des socio-écosystèmes littoraux
Les vasières littorales sont des zones d'intérêts écologiques, socio-économiques ou encore culturels et patrimoniaux en constante évolution, en lien avec des pressions aussi bien d'origines naturelles qu'anthropiques. Alors que le MPB est reconnu comme supportant de nombreuses activités économiques, l'existence d'effets de rétroaction entre les activités humaines (i.e., pratiques conchylicoles) et la production de MPB n'a été que très récemment abordée. Ce colloque propose d'étudier les incidences croisées de la production du MPB et des emprises spatiales relatives aux usages de la zone littorale par les conchyliculteurs (techniques d'élevage, chargement ou abandon des parcs ostréicoles...).